tintamars

parole d’artiste 

Agnès Limbos

programme de l’Association Tinta’Mars

mars 2005.

Cela va faire bientôt 30 ans que je m’amuse et me torture à créer des spectacles, que je jette un regard critique et ludique sur notre monde, que j’essaie de donner une alternative poétique face à une société où l’imaginaire est mis en péril, où notre identité est menacée. Vous avez dit culture ?

Créer un spectacle c’est un peu comme faire à manger pour des gens qu’on aime bien. Tous les sens sont en éveil et tout est important : la couleur de la nappe, les bougies, le morceau de persil sur la pomme de terre et même la cerise sur le gâteau. On est pris par le désir et la faim nous tenaille jusqu’à nous tordre les boyaux ! On part à la recherche d’ingrédients rares, on voyage dans des odeurs mystérieuses, on se perd dans des champs en friche pour y planter une graine. Et de s’asseoir sur sa petite chaise pliante de camping pour la regarder pousser malgré le vent, la neige, les bombes, les cris, le temps qui passe et mon corps qui tourbillonne.

Tout le mystère est là, on ne sait pas vers où ça va mais, on y va et ça va.

C’est le voyage qui est passionnant et bouleversant, tous ces méandres qui nous invitent, ces obliques qui nous égarent, ces détours qui nous font peur mais qu’importe : la ligne droite est tellement ennuyeuse.